AccueilAccueil

Ecogestes - Les Ilets protégés

Urbanisme / Environnement

Ecogestes

  • Je sépare déchets verts et encombrants
  • Je présente tontes de gazon et petits déchets verts dans des sacs
  • Je sectionne mes grosses branches en tronçons d'un mètre et je les présente liés et fagotés
  • Je respecte les jours de ramassage
  • Je sors encombrants et déchets verts la veille du jour de ramassage
  • Je les dépose en évidence devant mon domicile sans gêner la voie publique

 

Les îlets protégés

Dix îlets sur une superficie d'environ 91 hectares formant un chapelet dans la baie du Robert : îlet Boisseau, îlet Chancel, îlet La Grotte, îlet Loup Garou, îlet Madame, îlet Petite Martinique, îlet Petit Piton, îlet Petit Vincent ainsi que l'îlet à Eau et l'îlet aux Rats. Tous sont protégés, hormis les îlets à Eau et aux Rats.

  • Une végétation spécifique et protégée

Le Gommier rouge, le Mancenillier et le Poirier sont très fréquents. La Mangrove, formation végétale à forte biodiversité borde ces îlets. Elle constitue en elle-même un milieu exclusivement tropical et joue un rôle majeur à l'interface de la terre et de la mer. Des essences végétales peu communes ont été recensées sur ces îlets, tels que le Mûrier Pays et le Bois Lait.

  • Une faune sauvage protégée

De nombreux oiseaux sont présents sur les îlets, parmi lesquels plusieurs espèces protégées, notamment les colibris, sucriers, didines.
Des reptiles également protégés sont présents tels que l'anolis, les tortues marines ... L'ilet Chancel abrite notamment l'iguane des Petites Antilles (Ignuana delicatissima) espèce endémique protégée au niveau national par l'arrêté ministériel du 17 février 1989. Cette espèce est, par ailleurs, recensée comme vulnérable par l'Union Internationale pour la Conservation de la Nature (UICN). Sur l'îlet Chancel plusieurs sites de pontes ont été aménagés afin de favoriser la reproduction de cette espèce. Les agents de l'Office National de la Chasse et de la Faune Sauvage assurent un suivi régulier de l'iguane des Petites Antilles. Un plan national d'actions est en cours d'élaboration sous l'égide de la DIREN Martinique pour assurer la préservation de cette espèce à l'échelle des Antilles Françaises.

  • L'arrêté de protection de biotope

La préservation du biotope consiste à protéger un habitat nécessaire à la survie des espèces. Cet habitat est leur lieu d'alimentation, de repos, et de reproduction. L'altération, la dégradation et la destruction de ces territoires sont interdits. Les espaces sont réglementés. Il est interdit notamment :
- de prendre, détruire toutes les espèces animales, végétales, ou sauvages et d'en amener sur ces sites (excepté les chiens dans la zone bâtie),
- de pratiquer la chasse,
- d'extraire des matériaux du sol ou du sous-sol,
- de créer des sentiers pédestres,
- de créer des nuisances sonores troublant la quiétude des lieux,
- de faire du bruit avec ou sans matériel sonorisé,
- d'introduire toute arme à feu et tout engin motorisé,
- de camper et faire du feu ...
Tout manquement à la réglementation est réprimé par la loi. Mes peines maximales sont de 6 mois de prison et 9000€ d'amende.

  • Une nouvelle protection : l'arrêté d'inscription

Tous les îlets du Robert sont inscrits par l'arrêté ministériel du 28 juillet 2007, hormis les îlets à Eau et aux Rats. Ces îlets, ainsi qu'une bande de 100 mètres en mer autour, ne peuvent faire l'objet d'aucun aménagement sans l'avis de l'Architecte des Bâtiments de France.